Covid-19 : 3 – Apprendre à cuisiner confiné : une vraie prévention « santé globale » !

Manger est bon pour notre santé et prendre soin de notre santé, c’est prendre soin de notre corps, de notre moral mais aussi de notre bien-être social. Après tout, on peut acheter du prêt-à-manger de qualité et simplement se nourrir pour autant, cuisiner serait encore bien meilleur pour la santé : pourquoi ?

Cuisiner est une occupation multisensorielle : vue, ouïe, odorat, toucher et bien sur le sens du goût sont utilisés pour cette activité. De ce fait, dès le plus jeune âge, cuisiner est une activité d’éveil fabuleuse ! On proposera alors au plus petit :

  • De laver les légumes,
  • De mélanger la pâte à tarte à la main,
  • De choisir les morceaux à mettre sur des pics (brochettes de fruits), …

Réapprenez avec eux à toucher et sentir les aliments : jouez avec la nourriture et vos sensations !

Plus tard, on pourra apprendre aux enfants à reconnaitre les familles d’aliments et associer gentiment les révisions données par le professeur école à l’atelier de cuisine :

  • Distinguer les pommes de terre des légumes, et ranger les aliments dans le frigo par catégories,
  • Compter un nombre de part sur un gâteau, les multiplier ou les diviser,
  • Parler des proportions pour un mangeur donné en révisant le compte de boucle d’or et des 3 ours tout en choisissant la taille des assiettes pour mettre la table!
  • Réviser les cours de géographie avec les pots à épices…

Enfin, en cuisinant de vrais plats complets (pâtes bolognaises maison, tarte aux poireaux, poulet rôti et autres salades composées), c’est apprendre à suivre une recette, à s’organiser, à évaluer, à se tromper également ! C’est mettre encore mieux en application certaines leçons de français, de mathématiques, chimies ou biologies mais c’est aussi et surtout partager une culture et redécouvrir les recettes familiales, réinventer et métisser les plats, jouer avec les ingrédients !

D’un point de vue purement nutritionnel, en cuisinant un repas , cela nous amène à associer des aliments de différentes catégories et donc à manger plus équilibré.

Le fait de savoir transformer soi-même des produits bruts nous permet de garder notre autonomie et nous affranchit de la dépendance aux produits manufacturés. La connaissance et la maitrise de l’art culinaire nous permet ainsi d’évoluer sereinement. Rappelons-nous que nous avons besoin de manger pour vivre et de bien manger pour mieux vivre. Savoir manger et savoir cuisiner, c’est agir pour notre bien être moral et physique, c’est maîtriser, c’est être plus libre ! Savoir choisir et transformer sa nourriture nous permet d’influencer notre santé, nos capacités physiques et cognitives ; savoir penser, concevoir et partager des plats contribue de plus au développement de notre lien social (Il est momentanément coupé mais c’est le moment de s’entrainer à cuisiner !). J’ajouterai également que c’est l’assurance d’une meilleure maitrise de son budget. C’est pour toutes ces raisons que je pense que le savoir manger et savoir cuisiner  est un art et un savoir à transmettre absolument. L’art culinaire doit faire partie de l’éducation alimentaire et être l’apanage de tout individu.

 

VOIR LA RECETTE OFFERTE ET PROPOSEE PAR TOURS A TABLE : Wrap de légumes au Houmos !

L’éducation alimentaire et culinaire me semble absolument primordiale, indispensable et valorisable.

LIEN POUR TOUTES LES ASTUCES ET CONSEILS PREVENTION APIVIA MUTUELLE

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *