La flore intestinale

Comprendre notre flore intestinale et le microbiote avec Virginie et Chrystelle Guy sur France Bleue Touraine dans l’émission des experts !

Que penser des pré et probiotiques ?

Voilà un sujet passionnant que nous a proposé le Pr Lecerf aux 17ème entretiens de l’institut Pasteur de Lille, 2015.

Le colloque a réuni les chercheurs de l’INRA, INSERM ou de divers CHU (Nantes, Rouen, Épinal), etc.

Le sujet est vaste et encore relativement nouveau.
Je vous propose un résumé de ce sujet sachant que c’est un sujet brûlant qui méritera d’être revu et mis à jour dans les années à venir !

J’ai eu le plaisir d’être invitée dans l’émission de Chrystelle Guy “les experts sur France Bleu Touraine” à ce sujet.

Pour en comprendre un peu les enjeux, voici avec un peu d’humour ce que je peux entendre autour de moi…Discussions en salles d’attente, cabinets médicaux ou hall de gare :
«J’ai des maux de ventre chroniques…,
–  ce doit être le colon irritable, ou c’est dans la tête vos douleurs de ventre madame !, c’est psychosomatique… »
– Et si c’était ma flore?
– comment ?
– Le microbiote ! celui qui vit en nous… ! »

« Je peux manger des yaourt au bifidus ?
– ah non, surtout pas, et encore moins de laitages !… et il faut manger sans gluten !,
– ah bon, le pain est mauvais maintenant ?,
– euh, oui, peut-être, prenez des prébiotique …ah moins que ce ne soient des probiotiques ?… »
Mais qu’est-ce donc que ceci ??

Qu’est ce que le microbiote ?

Le microbiote est partout. Il est naturel mais le foetus n’en a pas. Il se compose de bactéries et vit avec nous en nous.
Il est très abondant dans nos intestins (grêle et colon). On parle aussi de flore. Cette flore existe aussi sur notre peau, au niveau des poumons, du vagin, etc.
En fait, chaque partie de notre corps en contact avec le milieu extérieur est « contaminé » par ces bactéries.
Il est innombrable, encore 70% des cellules qui le composent ne peuvent pas être étudiées par les scientifiques (flore non « cultivable »).

Il est contagieux mais pas infectieux : Le Pr Lecerf nous rappelle que nous échangeons 80 millions de bactéries par baiser !

Est-ce un bien ou un mal ?

La flore bactérienne est essentielle à notre vie. Elle interagit avec nous, elle est saprophyte.
Nous vivons en symbiose avec elle : elle joue des rôles que nos cellules ne sauraient jouer et grâce à nous, les 100 000 milliards de bactéries qui composent notre flore peuvent également vivre.
Par exemple, c’est grâce à notre flore intestinale que nous nous protégeons de certaines infections, que nous sommes capables d’absorber certaines vitamines, que notre transit est régulier et selon les chercheurs…bien plus encore.

Cependant, notre flore peut être malade, et si tel est le cas, nous risquons de l’être aussi.
Par exemple, il existe un équilibre spécifique entre les différentes souches de notre flore. Il existe un véritable écosystème intestinal.
Un virus, un antibiotique, le stress, le tabac, un corps étranger, certains additifs, des polluants chimiques peuvent induire un déséquilibre entre les espèces qui nous colonisent. En fragilisant notre flore, elle ne remplit plus ses rôles et nous pouvons en souffrir : momentanément (infections), ou durablement (maladies auto-immunes, dermatites, inflammations de divers tissus du corps, allergies, problèmes métaboliques (comme le diabète), les cancers).

Si la diversité bactérienne de notre flore est pauvre, l’on peut penser alors que « la mission » que la flore doit remplir le sera moins bien.
Par exemple : si un individu possède 10 souches bactériennes capables de remplir une fonction (convertir un nutriment en vitamine), qu’il est agressé par un perturbateur (un virus, la gastroentérite par exemple) et qu’il perd momentanément 1 souche bactérienne. Les 9 autres pourront toujours assurer la fonction de conversion de la vitamine.
Si l’individu avait une flore pauvre avec une seule souche permettant cette fonction, s’il la perd, il perd aussi la fonction.

Qu’est ce qu’un prébiotique ?

Un prébiotique est un nutriment qui influence notre flore intestinale.
Le concept de prébiotique affirme la possibilité, par le biais de l’alimentation fonctionnelle intestinale et colique, de soutenir, renforcer ou réparer les fonctions physiologiques du microbiote instestinal en faveur du bien être et de la santé de l’hôte.
Ce sont par exemple les fibres alimentaires apportés par les végétaux : fruits et légumes mais aussi légumes secs et céréales.

Qu’est ce qu’un probiotique ?

Ce sont des bactéries que nous consommons. Il y a en naturellement dans les produits fermentés biologiquement (pains au levain, yaourts, fromages) mais ils sont disponibles aussi sous forme de compléments alimentaires ou produits pharmaceutiques.
La mise sur le marché de ces produits est sous le contrôle des agences de sécurité alimentaires (ANSES) et du médicament (EMA) mais le cadre réglementaire de ces produits est encore très flou.
Le seul qui est reconnu est le yaourt.
Aucune allégation santé évoquant les probiotiques n’est aujourd’hui autorisée.

Y a-t-il un lien entre notre microbiote et notre poids ?

Aujourd’hui les études nous montrent en effet que la flore des personnes obèses et non obèses est très différente.
Le microbiote joue certainement un rôle dans le contrôle du poids mais les études sont encore en cours et parfois contradictoires sur le rôle de tel ou tel probiotique. Il est trop tôt pour envisager des supplémentations en probiotiques mais nous devons encourager « la culture » de notre flore c’est-à-dire, tout faire pour qu’elle soit diversifiée et protégée.

C’est pourquoi, il est très important de :

  • manger varié, Il s’agit alors de varier les aliments dans chaque catégorie d’aliments : des légumes différents, des fruits différents, des fromages différents, des féculents différents, des viandes différentes, etc…
  • de surveiller également l’alimentation des femmes enceintes et des enfants.
Comment avoir une bonne flore ?

Diet struggle and decision concept and nutrition choices dilemma between healthy good fresh fruit and vegetables or greasy cholesterol rich fast food with two dinner forks competing to decide what to eat.

  • Mangez de tout, tous les jours !
  • Soyez curieux
  • Suivez les saisons
  • Mangez du cru et du cuit !
  • Apprenez, ré apprenez à cuisiner Rappelons également que :
  • l’accouchement par voie basse et l’allaitement maternel favorise très positivement la mise en place de la flore intestinale…Mais aussi :
  • Attention aux polluants : de notre environnement et au tabac bien sûr. De même, la société très hygiéniste empêcherait nos enfants de développer leur flore correctement.

Aussi, il est important d’élever nos enfants dans un environnement « sain » mais pas forcément « propre » !

Ma conclusion est donc « vive la diversité ! » et tant mieux car…quel régal pour nos papilles !!

Virginie Charreau

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *